top of page
Rechercher

L'équilibre psycho-émotionnel grâce à l'alimentation

Dernière mise à jour : 2 déc. 2022

La solution alimentaire anti-troubles de l'humeur : Comment les aliments que vous mangez peuvent vous aider à calmer votre état anxieux, à améliorer votre humeur et à mettre fin aux fringales ?




Il est remarquable de constater à quel point les aliments que nous mangeons peuvent avoir un impact sur la chimie de notre cerveau et nos émotions. Ce que nous mangeons et quand nous mangeons peut faire la différence entre un état anxieux ou se sentir zen. Mais la plupart d'entre nous ne réalisent pas à quel point notre alimentation influence notre humeur, nos pensées et nos sentiments jusqu'à ce que nous fassions un changement.


En s'appuyant sur la recherche, cet article décrit les besoins nutritionnels du cerveau et comment y remédier grâce à la psycho-neuro-nutrition.


Les troubles de l'humeur

Une personne sur cinq souffre d’anxiété, de dépression ou les deux. De nombreux traitements conventionnels offrent peu de soulagement et beaucoup s'habitue à se sentir mal.

Mais que se passerait-il si il y avait une autre option, une meilleure option ?


De plus en plus de médecins se tournent vers l'intestin pour des solutions à l'anxiété et à la dépression.

C'est parce que les problèmes intestinaux courants peuvent causer et perpétuer les troubles de l’humeur.

La bonne nouvelle est qu'il existe de nombreuses causes possibles à votre anxiété et de nombreuses approches naturelles qui peuvent faire une énorme différence dans la façon dont vous vous sentez.


La plupart des personnes atteintes de troubles de l'humeur pense que tout le problème est issu du cerveau et que la solution pour résoudre ce problème se situe uniquement en abordant la santé mentale.

Il s’avère qu'il existe une connexion cérébrale et intestinale très puissante qui est parfois la source de vos problèmes d’humeur, d’anxiété, de dépression ou de brouillard cérébral, liée à ce qui se passe dans l'intestin et votre tube digestif :

Avant tout, qui dit alimentation, veut aussi dire bonne digestion.

  1. Il faut identifier les intolérances alimentaires, une infection latente à bactéries, levures (Candida albicans), parasites ou virus. Il y a de nombreux outils pour identifier cela.

  2. On retrouve aussi une inflammation de bas grade et de nombreux signes de perméabilité intestinale et de dysbiose. 


La première étape est d’explorer l’intestin.

Ces dernières années de nombreuses recherches ont été réalisées sur l’axe intestin-cerveau et c’est aujourd’hui un domaine bien documenté.
 Je vous invite vraiment à explorer cette connexion car si vous avez des troubles digestifs cela peut contribuer à ce que vous ressentez de l’anxiété, de la déprime, du brouillard cérébral ou encore des insomnies.


Un grand nombre de problèmes qualifiés de troubles de santé mentale peuvent réellement se résoudre lorsque nous commençons à traiter la cause réelle de l’origine, c’est à dire l’intestin.

Si nous voulons un bon équilibre psycho-emotionnel il faut prendre soin de notre intestin et optimiser son fonctionnement.
 

La deuxième étape : Bien nourrir son cerveau et optimiser l'équilibre des neurotransmetteurs


Les besoins nutritionnels du cerveau

Pour communiquer entre eux, les neurones utilisent un signal éléctro-chimique.

Ce signal est constitué de molécules de neurotransmetteurs bien connus comme la sérotonine, la dopamine ou encore l'acéthylcholine.

Ces neurotransmetteurs sont fabriqués à partir de précurseurs (acides aminés) que l'on trouvent dans l'alimentation. Ces acides aminés sont dits essentiels car notre organisme est incapable de les produire.

De plus, la synthèse de ces neurotransmetteurs nécessite des cofacteurs comme des vitamines, des minéraux et des oligo-éléments.

Ce qui fait beaucoup de condition pour le fonctionnement optimal du cerveau et la communication entre neurones.


Le plus petit déficit en l'un de ces ingrédients indispensables peut-être à l'origine des troubles psycho-émotionnels.


  1. Une cause possible pourrait être un déséquilibre des neurotransmetteurs. Si vous avez de faibles niveaux de sérotonine, vous pourriez souffrir d'inquiétude et d'anxiété - ainsi que de dépression, de blues hivernal, de problèmes de sommeil, de colère, de fringales l'après-midi et le soir, de syndrome prémenstruel, d'obsession, d'irritabilité et d'une faible estime de soi. Augmenter vos niveaux de sérotonine avec un acide aminé ciblé comme le tryptophane (présent dans les bananes par exemple) peut diminuer l'anxiété, améliorer l'humeur et le sommeil mais aussi agir sur les envies de sucre en fin de journée. Un autre neurotransmetteur qui pourrait être en cause est le GABA (acide-alpha-amino-butyrique). Un déficit en GABA peut provoquer un état anxieux, une difficulté à gérer le stress - ainsi que des tensions musculaires et des fringales (où le fait de manger apaise). Augmenter votre niveau de GABA permettra la détente et le calme intérieur.

  2. Si vous avez épuisé vos surrénales (stress chronique), des troubles de la glycémie sont très courants. Les baisses de glycémie peuvent créer de l'anxiété et peuvent même contribuer à des attaques de panique. Il est important de prendre un bon petit-déjeuner contenant des protéines (pas de sucre), de prendre 3 repas et au moins 2 collations par jour et de lutter contre l'épuisement surrénalien avec des nutriments spécifiques et des changements de mode de vie. L'acide aminé glutamine est très utile pour le contrôle de la glycémie et le désir intense de sucre.

  3. Les intolérances alimentaires peuvent également avoir un impact sur votre humeur. Un essai sans gluten (présent dans le blé, le seigle, l'orge) doit toujours être envisagé. Le gluten a été impliqué dans l'anxiété, la dépression et même la schizophrénie, ainsi que la fatigue, les problèmes de thyroïde, l'arthrite, les problèmes digestifs et l'anémie.


Bien sûr, de nombreux autres facteurs doivent également être évalués :

  • Mauvaise qualité des aliments ou mauvaises habitudes alimentaires ou mauvaise digestion;

  • Consommation excessive de sucre;

  • Carences en nutriments tels que : le magnésium, le zinc et la vitamine B6 ;

  • Les toxines,

  • Un mauvais sommeil et un taux de cortisol élevé (stress +++),

  • Des déséquilibres hormonaux (tels qu'un faible taux de progestérone)

  • Pas assez de relaxation et de temps d'arrêt.

L'alimentation, la digestion, l'équilibre du microbiote intestinal sont d’une importance cruciale, ils régulent notre métabolisme, ils équilibrent nos hormones, ils affectent notre santé cérébrale, et ils peuvent même affecter notre expression génétique. La psycho-neuro-nutrition est donc l’élément le plus important pour la santé globale.


Pascale FAIVRE, sophrologue, naturopathe, formatrice IANEVA

Credit photo : Bigstock


Vous souhaitez développer vos connaissances en PNEI ou en Psycho-Neuro-Nutrition ? Je vous invite à découvrir nos offres de formations :







60 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page